Voyage en baignoire

©VDB

Ce n’est pas la salle de bain qui est occupée actuellement, c’est la baignoire et le théâtre tout entier à l’Odéon ainsi que 100 autres lieux culturels en France, pour des raisons qui perturbent les uns tandis que les autres soutiennent.

Que se passera-t-il quand les théâtres rouvriront ? Leur occupation pour des causes essentielles – base de  négociations – se heurtera au désir essentiel de se divertir…

Prendre un bain est agréable dans une baignoire chaude… Est-ce encore jouissif si de l’autre côté de la porte, quelques uns se noient dans les eaux boueuses charriées par la crise économique ?

Un jour ou l’autre, la porte cèdera… Mais si l’on s’aide les uns les autres, on la dégonde pour se gondoler tous ensemble dans la baignoire…

Tous ensemble, tous ensemble ! L’essence de la lutte pour un monde meilleur vers lequel embarquent les passagers du train de la chanson People Get Ready dans sa version légendaire avec la guitare de Jeff Beck et la voix de Rod Stewart.

Pas de ticket pour monter à bord ; juste avoir la foi ; aucune raison de se cacher aux toilettes…

Pourtant c’est là que tout bascule dans la baignoire installée depuis peu dans certains TGV : le bain est chaud, mon corps se délasse (1) ; mon âme est lasse des éternels silences des voyageurs avares de confidence ; je ne bouge plus comme Marthe allongée, quasi gisante, dans la baignoire de Nu dans le bain de Bonnard.

Bonnard ne peint pas la salle de bain ; elle se fond dans sa peinture (2).

On frappe à la porte… Qu’est-ce que c’est ? Votre whisky, Monsieur ! J’ouvre : une bouteille d’Aphroaig est devant moi sur un plateau avec un verre.

Je remercie et me remets dans le bain. Les gorgées me réchauffent le conduit. J’ouvre la fenêtre sur ce qu’il reste d’un pré tondu par les vaches ; celle de la photo garde le stock de baignoires recyclées de la SNCF dont je viens de profiter.

Le train s’arrête, pour une évaluation du stock. Même si l’annonce de la sono me l’interdit, je vais dehors ; j’adore les vaches !

L’orage éclate et la chanson Chimes of Freedom de Bob Dylan résonne

Lisons les paroles et demandons nous ce qui nous touche le plus, du tonnerre, des éclairs ou des cloches qui sonnent : où vont nos pensées quand elles voyagent en baignoire ?

(1) Un personnage de Vercoquin et le plancton, le roman de Boris Vian paru en 1945, prend un bain, lors d’une surprise partie, la tête sous l’eau avec une paille qui le relie à la surface à moins qu’il n’y ait un tourbillon…

(2) Nu dans le bain, peint en 1936, est un tableau invisible au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris ; mais rien ne nous empêche d’en faire autant chez nous en appliquant l’une des méthodes de la note (1).

  1. négo…causes essentielles … tu l’as dit : l’urgence n’est pas de rouvrir les lieux de culture mais de cultiver toutes les formes de luttes contre la précarité !

    Merci à toi
    Chroniques enlevées ,intéressantes … essentielles !

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
12 + 24 =