Sur quoi se penche le géant ?

© VDB

Tours Duo. Jean Nouvel. Avenue de France. Périph. Se parler au téléphone. Se voir dedans. Tour penchées. Être penché. Penser à quoi quand on les regarde. Dans Paris. De l’autre côté.

Lui : Je suis sur le périph. Je me vois dans la glace.

Elle : Je t’entends mal… Dans la glace ? Tu es dans la salle de bain ? Mais tu es très en retard…

Lui : Non, je suis sur le périph !

Elle : Mais tu me parlais de glace.

Lui : Oui, sur le périph, je me vois dans la glace de l’une des tours Duo de Jean Nouvel

Elle : Tu as pris des sandwichs comme je t’avais demandé ?

Lui : Oui des duos ; il y en a deux dans le sachet ; c’est marrant, duo, comme les tours Duo de Nouvel.

Elle : La communication est hachée… Je voulais te dire, quand tu es parti ce matin, tu étais penché ; il faut que tu fasses attention, que tu te redresses.

Lui : Penché ? Moi ? Comme les tours Duo de Nouvel ?

Elle : Quelles tours penchées ? De quoi tu parles ? N’importe quoi ! C’est toi qui es penché, pas les tours ! Tu devrais aller voir un kiné.

Lui : Si ! Les tours sont penchées, de 5 ° ; plus que la tour de Pise.

Elle : Ah bon ? Mais pourquoi elles sont penchées ? Au fait, pourquoi elle est penchée, la tour de Pise ?

Lui : Parce qu’elle est construite sur un terrain plein d’alluvions, riche en eau, qui entraine des affaissement de terrain ; et qu’en plus, les fondations, au XIIe siècle ont été, paraît-il, mal faites…

Elle : Mais pour les tours Duo de Nouvel, je viens de googleliser, il  y a des fondations de 50 mètres de profondeurs ; pourquoi sont-elles penchées, alors ?

Lui : Figure-toi que Nouvel l’a fait exprès ! Pour aligner la plus grande tour, de 180 mètres de haut, sur l’Avenue de France, comme il dit : « Elle se penche un peu et hop ! »

Elle : Elles te plaisent, toi depuis le périph ?

Lui : J’adore ! Pas seulement parce que je me vois dedans, d’ailleurs j’ai avancé depuis tout à l’heure…

Elle : J’espère, sinon tu vas être en retard.

Lui : Un ami à moi, dentiste à Ivry, a suivi la construction ; il m’a dit que le périph a été détourné pendant les fondations…

Elle : Non !

Lui : Si ! Il m’a dit aussi qu’un de ses mômes pense que c’est un géant qui se baisse pour lasser ses chaussures.

Elle : Mais les mômes n’ont plus de lacets !

Lui : Le môme a dû regarder les chaussures de son père ; j’ai oublié de te dire, mais la partie du haut est décrochée de celle du bas ; elle se penche dans l’autre sens… D’où l’impression du môme avec la tête du géant.

Elle : Décrochée ?

Lui : Oui, décrochée, mais ça tient ; un jour tu viendras voir.

Elle : Tu viendras avec moi ?

Lui : Un soir tard, je t’emmènerai faire un tour de périph !

Elle : En Mustang décapotable ?

Lui : Évidemment !

Elle : Et à part les dentistes d’Ivry, que pensent les gens de ces tours ?

Lui : L’autre jour, ma bagnole était en panne, j’ai pris le tramway sur les maréchaux ; le chauffeur m’a dit : « Je les aime bien ; j’aime bien les construction en biais ».

Elle : Ma sœur, elle a du mal.

Lui : Dans le tramway, il y avait un adhérant de l’association Monts 14 (1) pour la préservation de Paris ; il était moins chaud, franchement froid, même, il préférait Haussmann. Ta sœur aussi ?

Elle : Laisse ma sœur tranquille et tu passeras une bonne soirée !

Lui : Mon ami d’Ivry m’a parlé d’un bar en haut de la moins haute des tours, qui fera 120 mètres de haut quand même…

Elle : On dit le périph, c’est nul, mais c’est de moins en moins nul (2) !

Lui : Pourtant, les tours de Nouvel ne changent rien à la limite du périph ; d’un côté les parisiens, de l’autre, la banlieue qui rap’, à 120 à l’heure tout le tour du périph

Elle : T’aimes le rap, toi, maintenant…

Lui : Cette chanson, oui ; elle montre sur quoi se penchent les tours Duo… D’ailleurs, la plus grande va accueillir la banque Natexis, pas de quoi rêver.

Elle : Je ne t’entends plus. Je t’envoie un SMS « Je bois un Spritz en t’attendant ; il est bon ! »

Lui : Commande m’en un, j’arrive !

Il arrive, va aux toilettes, se lave les mains, fait pipi, se rappelle que dans la tour Duo géante, l’eau sale des lavabos sera évacuée par un circuit vers les chasses d’eau ; il est près pour le Spritz.

(1) Un article du Parisien développe les arguments de Patrice Maire, président de l’association Monts 14 qui veut préserver le  « grand paysage » parisien

(2) Un article qui présente une série de bars, terrasses, le long du périph ; il date de 2019, avant la marée noire ; mais comme les abords du périph ont déjà offert du bon temps, ils peuvent le (re)faire

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. vraiment originales,mais…laides !
    Tout l art du 21e siècle.
    Point positif, vu leurs angle, elles s effondreront avant les autres !

  2. tes chroniques parlent souvent de Paris de temps en temps tu pourrais parler de par exemple les paysages ruraux les villages remarquables comme Tarnac !
    Ben quoi?

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
10 − 8 =