Poteau indicateur d’ailleurs

© Daniel Jodet

En forêt, aux croisements de plusieurs allées, chemins, routes, croisements parfois nommés étoiles, il y a souvent un poteau indicateur.

Daniel Jodet est un sculpteur, né en 1949, dont l’œuvre, Harfang, n’indique rien, mais ressemble à ce genre de poteau, coiffé d’un Harfang (1) qui déploie ses ailes ; quels yeux !

© Diego Delso

Daniel Jodet a toujours été proche du bois, d’abord à Montreuil en dirigeant une entreprise qui en vendait ; puis il est parti vivre à Orliac, près de Tarnac (2), sur le Plateau des Milles Vaches où la Fête de la Montagne Limousine est réputée.

Avec sa femme et ses amis, il y a construit une double maison, en 2012 et 2013 ; son manifeste.

© Daniel Jodet

Harfang, même si elle ressemble à un poteau indicateur d’ailleurs, n’indique rien ; rien d’autre que sa présence.

Imaginons le point de départ de directions entre lesquelles l’artiste hésite, même s’il doit en choisir une, pour que plus loin, il y ait une œuvre, peut-être.

Il pose ses outils à côté de lui dans son atelier avant de s’y mettre. Mais non, cette fois-ci, il ne va pas plus loin ; pour ne pas les disperser en les utilisant à autre chose d’ici-là, il les plante dans le mat : « on verra plus tard » dit-il.

L’œuvre semble naitre d’un refus, aucun chemin pris, seulement la possibilité ; l’Harfang s’ébroue, c’est tout.

Ce n’est pas un refus, juste l’attente du moment de s’y mettre ; l’ailleurs est déjà là, c’est une question de point de vue ; de quoi nous parle la courtoisie par l’absurde de Pierre Da, inventeur Du côté d’ailleurs sinon de ça ?

Revenons à Harfang qui est l’attente ; qu’est-ce qu’on fait en attendant ?

Faisons comme si on n’attendait pas la suite ; ce serait plus prudent au cas où rien de nouveau ne vienne ; pas de quoi paniquer, juste le signe que ça se passe maintenant, quoiqu’il arrive, et que l’œuvre capte ça.

Mais ça, c’est quoi ? Demandons à ceux qui reviennent d’ailleurs.

(1) L’Harfang des neiges est de la famille des strigidés (hibou, chouette, grand duc) ; appelé Ookpik par les Inuits ; emblème aviaire du Québec depuis 1987. La classe ! Le mâle est d’un blanc très pur l’hiver pour se camoufler dans la neige ; l’été il fonce… Ses yeux jaunes sont aussi grands que ceux d’un homme, mais comme le reste est différent, on ne les confond pas.

2) Le village de Tarnac devient célèbre en 2009 avec Julien Coupat sur lequel Michelle Alliot-Marie, Ministre de l’Intérieur, se fait les dents, d’une manière scandaleuse. L’esprit de la lutte qu’il mène avec ses camarades est contenu dans un premier livre écrit par Le Comité Invisible L’insurrection qui vient, suivi de À nos amis et enfin Maintenant tous édités par La Fabrique .

 

 

 

 

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
24 − 23 =