Pèlerins de la Tour Eiffel

La Tour Eiffel est de nouveau accessible depuis le 25 juin. Les sites parisiens ouvrent les uns après les autres, Orsay,    le 23 juin, le Louvre, le 6 juillet ; la Tour a pris son tour !

 

Star de l’Exposition Universelle de 1889, reprendra-elle son rôle de « monument étoile » après le Covid ?

 

La situation actuelle invite dans le désordre, à la réflexion,  la contemplation, la boisson, en relisant Alphonse Allais, Roland Barthes, Le Corbusier.

 

Cap’tain Cap, imaginé par Allais, retourne la Tour Eiffel,        la couvre de céramique, et remplit ce géant verre d’eau ferrugineuse, pour les Parisiens anémiés ; d’eau, pas de gin : « le goût du gin ne va pas avec le goût du fer ! » (1).

 

D’après Roland Barthes : « On voit toujours le ciel à travers la Tour ; en elle, l’aérien échange sa propre substance avec les mailles de sa prison, de fer, délié en arabesques, devient lui même de l’air » (2).

 

Lors de l’ascension (3) jusqu’au 2e étage par les escaliers – recommandés – nous sommes à l’intérieur de la structure. L’ajouré « fait notre jour » est la traduction littérale de l’anglais « it makes our day » !

 

« J’apporte à la Tour le témoignage d’un infatigable pèlerin à travers le monde. Dans les villes, dans la savane, dans la pampa, dans le désert, sur les Gaths (4) et sur les estuaires, partout et chez les humbles comme chez les autres, la Tour est dans le cœur de chacun […] » écrit Le Corbusier (5).

 

Pèlerin ? Puisse le vide post covid nous pousser vers le festin de l’âme le long des routes qui nous déroutent du quotidien : aller vers Saint-Jacques de Compostelle, en attendant qu’un jour les pèlerins, venus d’ailleurs, voient la grandeur de la Tour.

 

(1) Alphonse Allais, Utilisation de la Tour Eiffel en 1900,

Le Bec en l’air, 1897.

 

(2) Roland Barthes, La Tour Eiffel, Delpire, 1964

 

(3) Site de la Tour Eiffel pour en savoir plus sur l’achat des billets : https://www.toureiffel.paris/fr/actualites/evenements/tout-savoir-sur-les-conditions-de-visites-la-tour-eiffel

 

(4) Les Gaths occidentaux ou Sahyadri, sont une chaîne de montagnes qui bordent le plateau du Deccan dans l’ouest de l’Inde.

 

(5) Le Corbusier, préface à la Tour Eiffel, Éditions de Minuit, 1955.

  1. Ce qui personnellement m’a le plus bluffé dans cette tour provisoire qui existe toujours, c’est qu’elle a été fabriquée entièrement en banlieue ouest, chargée par morceaux dans des tombereaux à chevaux, et assemblée sur place comme un Mécano sur des fondations bâties à l’avance. Le tout sans ordinateurs, et avec des instruments d’optique qui n’avaient pas la précision des actuels. Ils étaient forts les Eiffel ! Quelle belle carte de visite pour l’entreprise (qui existe toujours elle aussi).

  2. Quelqu’un m’a dit qu’au départ, la tour Eiffel était peinte en jaune et rouge, est ce exact et pourquoi ne pas lui redonner des couleurs?

  3. Voici ce que Bertrand Lemoine, auteur du Découverte Gallimard La Tour de Monsieur Eiffel écrit sur ses couleurs successives « La peinture s’érode avec le temps et la pluie et il faut régulièrement la refaire pour garantir la longévité de sa protection. La Tour a été ainsi repeinte en moyenne tous les sept ans, selon un cycle établi par Gustave Eiffel lui-même. Sa couleur a varié suivant les années allant du brun rouge (1889), ocre brun (1892), variation de cinq jaunes sur toute la hauteur (1899), jaune brun (10907 à 1947), rouge brun (1954-1961) et depuis 1968, un “brun tour Eiffel” combinant trois tonalités différentes.

    C’est cette année (2019) que la tour Eiffel démarre sa 20ème campagne de peinture.

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
26 − 6 =