Un Paris-Brest très salé

Y en a-t-il un ou une qui n’ait encore jamais mangé un Paris-Brest ? Créé par Louis Durand, pâtissier à Maison-Laffite, à la demande de Pierre Giffard (1) fondateur de la course cycliste Paris-Brest-Paris, en 1891, d’où sa forme ronde.

 

Le Paris-Brest est un remède idéal à une chute de moral lié au confinement. Mais il n’y a pas que les pâtisseries à la crème pralinée pour se divertir…

 

Une idée moins calorique : Paris-Brest de Philippe Lioret sur Arte, vendredi 27 mars à 20 h 55 ; ce film est inspiré d’un livre très salé, Paris-Brest de Tanguy Viel.

 

Quelques raisons de pencher pour le salé :

 

De quoi parle Paris-Brest ? Une histoire de famille, avec une grand-mère, deux parents, un copain d’enfance d’un milieu plus modeste que le narrateur, petit-fils et fils, ce qui compte quand il est question d’argent ; il en est question, et pas qu’un peu…

 

Tanguy Viel est un romancier français né en 1973 à Brest, publié aux Éditions de Minuit. Un écrivain, un vrai, dont les romans nous tiennent par leur style et l’intrigue, même si l’écrivain domine l’auteur de polar qu’il ne prétend pas être.

 

Quand vous ne serez plus confiné(e), entrez dans une librairie indépendante ; lisez les premières pages de Paris-Brest, L’article 353 du Code Pénal, L’absolue perfection du crime… Vous serez pris ; Viel vous prend comme Duras, Becket, Proust, Dominique Fabre (2)

 

Philippe Lioret est un cinéaste français né en 1955. D’abord ingénieur du son, il réalise en 2004, L’équipier où la tension monte dans un phare ; en 2006 Je vais bien ne t’en fais pas, film très intense avec Mélanie Laurent ; en 2009, Welcome où Vincent Lindon, maître nageur entraine un jeune migrant à traverser la Manche à la nage ; sa compagne lui pose la question essentielle : « Pourquoi tu fais ça Simon ? »

 

« Anthony Bajon, qui joue Colin est une révélation absolue ! Un phénomène de justesse, d’intensité… ». dit Phippe Lioret. En 2018, il a joué dans La prière de Cédric Kahn (3).

 

Paris Brest passe sur Arte vendredi soir : la télé, vous la regardez d’habitude, un peu, beaucoup, pas du tout ? Mais Arte c’est comme la mâche et la salade, ce n’est pas tout à fait la télé… En ces temps de confinement, le moins qu’on puisse dire, c’est que rien n’est comme d’habitude !

 

(1) Pierre Giffard était Rédacteur du Petit Journal, l’un des quatre grands quotidiens de l’époque ; mu par l’idée que « la vélocipédie est plus qu’un sport, c’est un bienfait social »    il organisa la première édition de cette course mythique ; elle se transformera en 1931 en Paris-Brest-Paris randonneur, épreuve de cyclotourisme, qui existe encore. L’édition 2019 est partie de la bergerie nationale à Rambouillet, gagnée par l’allemand Hajo Eckstein en 43 h 49.

 

(2) Connaissez-vous Dominique Fabre ? Son dernier roman paru en 2019, s’appelle Je veux rentrez chez moi. Essayez, vous aller découvrir un écrivain ; ensuite vous pourrez lire   Je voudrais revoir Callaghan. En ces temps de confinement, l’esprit ne demande qu’à s’ouvrir…

 

(3) Lien sur une chronique du film La prière : https://vusouscetangle.net/chronique/energie-spirituelle/

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.