Papoter ou pas

Fin novembre, Arsène va acheter une baguette. À L’entrée de la boulangerie un sdf lui dit : N’oubliez pas Noël !

Arsène : Vous êtes en avance.

La conversation s’engage… Plutôt que de lui donner une thune et basta, Arsène lui dit qu’il est sensible à la différence entre eux.

Le sdf l’écoute ; il doit avoir l’habitude de ce genre d’empathie ; il pense à sa possible thune…

Arsène, avant d’entrer dans la boulangerie : Voulez-vous une baguette ?

Le sdf : Non, ils nous en donnent.

Arsène : Vous avez de la chance, ils ne m’en donnent pas.

À l’intérieur, la dame passée devant lui quand il parlait avec le sdf : Je me suis permis de vous passer devant, vous papotiez.

Arsène : Non madame, on ne papotait pas ; ou alors si c’est ça, papoter, on devrait papoter plus souvent.

La dame s’en va. Le Robert est clair pour papoter « parler beaucoup en disant des choses insignifiantes ».

L’impudeur d’Arsène à évoquer la différence de leurs relations au trottoir – le sdf y reste, Arsène y passe – était-elle signifiante ?

Il ressort avec sa baguette et une thune pour le sdf et lui fait part de leur papotage, selon la dame.

Le sdf : Vous savez dire papoter en anglais ?

Arsène se marre, étonné de la question.

Le sdf : To hush (1).

Le sdf enchaine sur Le Doulos de Melville (2).

Arsène : Je me souviens du film ; c’est quoi un doulos ?

Le sdf : Une balance.

Arsène : C’est ce que je viens de faire avec la dame…

Le sdf : Pas grave.

Arsène : À la prochaine.

Le sdf : À la prochaine.

Dans le ciel, Fabrelle, une amie d’Arsène, vole en parapente ; elle se pose en bas de chez lui ; ils s’embrassent ; elle voit qu’il est ailleurs ; à propos de sa rencontre avec le sdf, elle lui dit : c’était un beau moment de partage.

Arsène : Tu veux de la baguette ?

Fabrelle : Magique !

Arsène : C’est nécessaire de dire des choses insignifiantes dit Ozu avec son film Bonjour (3). Deux gamins reprochent aux adultes de parler pour ne rien dire ;  ils décident de se taire, mais plus tard, une femme raconte comment grâce à ces mots insignifiants elle vend plus facilement des voitures.

Fabrelle : Faut que j’y aille ; tu m’accompagnes à la falaise ?

Arsène : À l’aise !

Fabrelle part en pente, le parapente s’ouvre et l’enlève.

Au sol, Arsène pense au sdf ; la prochaine fois, s’il lui refait le coup de Noël, il lui demandera s’il a vu le film Y aura-t-il de la neige à Noël ? de Sandrine Veysset (4). Y aura-t-il une prochaine fois ?

Le lendemain, il ne l’a pas revu. C’était juste un moment à papoter, pas à rempoter.

Mais quand on en a très envie, qu’on est en vie, en manque, est-ce vraiment insignifiant de papoter ?

(1) En fait, to hush c’est parler à voix basse, murmurer ; papoter, bavarder, c’est to chat. Hush hush : bouche cousue, l’inverse d’une balance.

(2) Sorti en 1962.

(3) Sorti en 1959.

(4) Sorti en 1996, avec entre autre, le regretté Daniel Duval.

 

 

  1. Très joli texte ou comment apprendre du vocabulaire en s’amusant, et surtout une belle leçon d’attention aux autres démunis pour qui quelques mots valent encore davantage que la baguette. merci Bruno

  2. Merci Bruno pour ta chronique, celle-ci et toutes les autres qui nous apportent un morceau d’humouramourhumain dans un quotidien maux roses (sic).

  3. Bravo pour ce mot encore plus fort que tes précédents messages… Papoter encore et encore, parfois il en ressort des pépites… Merci encore à toi,

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
12 + 29 =