OUIGO, oui, la vie en rose

Rendez-vous gare Montparnasse une demi-heure avant le départ pour aller à Bordeaux. Le billet en OUIGO n’est pas cher. Arriver une demi-heure en avance (1), pourquoi pas ? Ma compagne aime arriver en avance ; en général on prend un café pour fêter ça, mais pas toujours non plus, un café, c’est la fête !

 

Les panneaux nous signalent le quai, nous ne sommes pas les seuls à attendre au guichet, comme à l’aéroport ; c’est excitant cette idée qu’on va prendre l’avion…

 

Une hôtesse d’un côté, un hôte de l’autre, en uniforme OUIGO, nous parlent avec des micros ; ils nous annoncent quelque chose auquel on ne comprend rien, la sono est mal réglée, sans compter un chantier dans la gare, juste à côté…

 

La foule est silencieuse, indifférente aux injonctions des hôtesses et hôtes qui semblent accepter l’idée qu’ils parlent dans le vide ; humanité, quand tu nous tiens !

 

Ça y est ! Nous passons au guichet, nous scannons le code du billet édité sur notre imprimante, à moins que nous l’ayons sur notre Smartphone ; t’es in ou t’es out !

 

On arrive sur le quai ; devant le TGV peint en bleu avec OUIGO.COM écrit en grosses lettres roses. À bord, on s’installe sur des sièges bleus aux appuis tête roses qui rappellent les empreintes de mâchoires chez le dentiste ; cette couleur a été choisie exprès, c’est la fête !

 

« Il n’y a pas de voiture bar » annonce la sono ; mais on peut aller voir le staff en voiture 4 ; on peut aussi leur envoyer un mail. La chance !

 

Avec OUIGO, il ne faut pas arriver au dernier moment : 5 mn avant le départ du train, c’est NONGO ; le guichet est fermé ! Comme au théâtre, ou le couvre feu à partir de 21 h, samedi.

 

OUIGO, oui, La vie en rose ; peut-être qu’à l’aller, au micro, ils nous disaient les paroles de la chanson (2) ; je suis sûr qu’ils ne chantaient pas, mais des gens se prenaient dans les bras, se parlaient tout bas…

 

La vie est plus noire, parfois, avec un vague espoir, comme dans la chanson Midnight Special, interprétée par Billy Bragg et Joe Henry, sur un album consacré à l’histoire américaine du rail à travers quelques gares célèbres (3).

 

Avec OUIGO, il faut : arriver en avance, voyager léger – un deuxième gros bagage est cher – et ne rien attendre du train que d’aller vite, comme cet ancien slogan du TGV : « Prendre le temps d’aller vite » ; le contraire de : « Se dépêcher d’aller lentement » ! Surréaliste ; comme la vie en rose !

 

(1) https://www.ouigo.com/faq?question=63673-pourquoi-dois-je-arriver-30-min-depart-train-ouigo

 

(2) Lien pour la chanson de Piaf : https://www.youtube.com/watch?v=kFzViYkZAz4

 

(3) Lien pour la chanson Midnight Special : https://www.youtube.com/watch?v=-DG4wRpemEM

 

 

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
42 ⁄ 14 =