Ne pas certifier les choses nouvelles

Sur le banc derrière l’église, Mazie Larouge se repose en fin de journée. Arsène Ansenne vient s’asseoir ; ils se connaissent, ils se sont battus pour le retour du banc.

 

Le curé et d’autres riverains s’étaient plaints en mairie à cause des cuites sonores, de l’odeur des joints. Enlever des bancs pour mettre des gens aux bans, au moment où il est question de « première nécessité » : qu’elle est la place de la cuite et du joint dans la détresse ?

 

Arsène : Regarde mon attestation, c’est le cas numéro n° 2   « achats de première nécessité ».

 

Mazie Larouge : Je soussigné… m’autorise moi-même…

 

Arsène : Oui, cette attestation te fait jouer les deux rôles, parent et enfant, tu te dédoubles.

 

Mazie Larouge : Un retour vers la maitrise fantasmée du carnet de correspondances.

 

Arsène : Dans le règlement de ce Collège Total, as-tu lu la dernière ligne du cas n° 6 ?

 

Mazie Larouge : Vas-y !

 

Arsène : Tu peux sortir pour les besoins de ton animal de compagnie ; tous ces chiens qui invitent leurs maîtres à faire un tour, chacun au bout de la laisse ; liberté conditionnelle…

 

Mazie Larouge : Les loups rient loin des bals masqués.

 

Arsène : Moi je pense aux vaches qui tiennent compagnie au jeune fermier dans le film Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes (1).

 

Mazie Larouge : Son attestation n’est pas le cas n° 6, mais le cas n°1 ; il bosse.

 

Arsène : Le kiné bosse, aussi, au cas numéro n°3 ; je suis sorti ce matin après avoir soussigné aller « me soigner quand c’est impossible à distance » ; la tranche de ses mains le long de ma colonne, à la fin quand je suis assis, sur sa table de travail, me chauffent tellement que j’ai l’impression de boire un whisky écossais… T’en veux ?

 

Mazie Larouge : T’en as ?

 

Arsène : Avec deux verres.

 

Mazie Larouge : C’est ta fameuse bouteille de Bunnahabhain !

 

Arsène : Buvons à ce moment sans numéro qui nous emmène dans le nord de l’Ile Islay, comme le montre la carte ; la plus méridionale des Hébrides, en Écosse (2).

 

Mazie Larouge : Merci Arsène. Je te laisse le banc. Salut !

 

Assis, Arsène finit par penser à la chanson Choses Nouvelles de Bertrand Belin : « Je te parle tout seul pour te dire des choses nouvelles » (3).

 

Aucune attestation ne prévoit de s’asseoir sur un banc pour dire les choses nouvelles que nous ne pouvons certifier comme l’envie du silence d’un baiser…

 

(1) Film de Rodolphe Marconi, sorti en 2020, juste avant le confinement : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/58393_1

 

(2) La capitale d’Islay est Bowmore où est installée la plus vieille distillerie de l’Isle, créée en 1779 par John Simpson.

 

(3) Lien pour écouter Choses Nouvelles de Bertrand Belin : https://www.youtube.com/watch?v=-IDU-jOzN20

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
25 − 5 =