Le coup d’éclat de Koudelka

Trois doigts énormes sortent de terre, au milieu des ruines… Si le monstre revient on n’est pas de taille ; serait-ce la fin du monde ? Je ne parle pas du virus – qui ne revient pas, il n’est toujours pas parti – mais de l’effet que m’a fait la photo que l’on aurait face à soi en arrivant dans l’expo RUINES à la BNF et que le site SortirParis nous montre généreusement (1).

 

J’ai écrit la chronique un jour avant l’annonce du reconfinement ; elle me rappelle toutes celles publiées au moment du confinement… C’est reparti, donc !

 

Dès l’entrée de l’expo, les trois doigts sont face à moi, devant une des colonnes qui soutient un portique, vestige de la citadelle d’Amman, en Jordanie.

 

Précision géographique – ces ruines ne sortent pas de nulle part – qui est la moindre des choses pour un esprit conservateur, qui n’a pas tort, dans l’absolu…

 

L’absolu suppose de regarder au sol devant chaque photo où un numéro renvoie sur le dépliant à son site d’origine : Josef Koudelka, photographe né en Tchécoslovaquie en 1938, a sillonné les sites archéologiques du pourtour méditerranéen pendant une trentaine d’années.

 

Lumière, format paysage, cadrages de génie, font la magie de ses photos : les vestiges nous donnent le vertige ; ils ont l’air vivant !

 

Colonne débitée comme un tronc d’arbre, 38 B ; long trottoir fuyant, 31 G ; coiffure de statue en feuillage, 28 B ; roue dentée, 64 A ; osselets empilés, 25 ; jour entre les colonnes, fenêtre dans le mur, 35 B ; colonnes groupées comme les membres d’un gang, 55 B…

 

Carambolage, une exposition organisée par Jean Hubert Martin au Grand Palais, en 2016, (2) avait déjà proposé la contemplation des œuvres sans le recours immédiat au cartel ; son avant-gardisme l’avait empêché d’avoir du succès, bien avant la Covid…

 

Josef Koudelka commence par photographier les Gitans (3) ; la photo de couverture du Photo Poche édité par Robert Delpire, datée de 1978, montre que son sens du cadrage est déjà là !

 

Cartier Bresson le fait entrer à l’agence Magnum ; la DATAR (4), lui demande de travailler avec eux.

 

Malgré son titre austère, RUINES est le coup d’éclat de Koudelka (5) !

 

(1) Le site Sortir Paris publie de nombreuses photos : https://www.sortiraparis.com/arts-culture/exposition/articles/222831-ruines-l-exposition-de-josef-koudelka-a-la-bnf-francois-mitterrand-nos-photos

 

(2) Carambolage : https://www.grandpalais.fr/fr/article/carambolages-toute-lexpo

 

(3) Photo Poche est une série de livres de photographes, à des prix abordables, publiée de 1982 à 1996, par Robert Delpire ; voici un lien : https://fr.shopping.rakuten.com/mfp/5233752/josef-koudelka-photographies-josef-koudelka?pid=577144&bbaid=2537830760&t=10059811&ptnrid=pt%7C973178185095%7Cc%7C471223205492%7C577144

 

(4) Délégation interministérielle à l’Aménagement du Territoire et à l’Attractivité Régionale créée en 1963 ; des hauts fonctionnaires sensibles à la photographie, cela rappelle le disque de Billy Bragg, Talking with the taxman about poetry, dont voici une chanson : https://www.youtube.com/watch?v=jfKcG3gn3F8

 

(5) Jeu de mot sorti de la tête d’Olive de Montreuil, créateur de For Event qui s’était distingué en animant le démontage et le remontage de 2CV ; sa dernière invention est une application numérique de BD qui intéresse déjà des très gros clients : https://forevent.fr/animation/team-building-bd-story-bulles/

 

 

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
38 ⁄ 19 =