La victoire de sa mère

« Je déteste la littérature » dit Édouard Louis dans l’émission La Grande Librairie animée par François Busnel, mais il  précise qu’il adore lire Proust. Snobisme ? Non, il déteste l’entre soi de la littérature qui préfère suggérer.

À l’inverse, il veut mettre les points sur les i ; ils y sont dans son livre Qui a tué mon père, où il attaque en les nommant, les responsables politiques de la détresse sociale de son père    et de ceux qui lui ressemblent.

Les points y sont encore dans Combats et métamorphoses d’une femme , actuellement en librairie ; la femme, c’est sa mère ; le titre ne l’annonce pas, mais dès la première ligne de la quatrième de couverture, écrite par lui, le suspens est éventé.

Il est très famille, Édouard Louis, comme Pagnol, dans un genre différent !

Sa jeunesse était mal partie ; il s’en est sorti par son intelligence, ses études, son amour de la littérature.

Sa mère s’en est sortie aussi, c’est le sujet du livre, alors que c’était très loin d’être gagné : deux hommes successifs, durs, méprisants avec elle… Elle a réussi à partir.

Quelle victoire ! Sans diplôme, ni rien d’autre que l’envie d’être libre !

Libre de se promener au jardin du Luxembourg ; de boire un expresso au café du coin ; de fumer une clope avec Catherine Deneuve… On rêve ?

Rêver de partir dans dix ans, en caravane, à travers la France avec son nouveau compagnon, un concierge d’immeuble.

Sans éprouver la gêne de goûter, à l’occasion, les joies du luxe, « une coupette » de champagne, du foie gras, invitée par son fils dans un palace, sa mère fait avec cette nouvelle vie : « On s’en sort quand même bien tous les deux ».

Édouard Louis nous confie sa culpabilité d’être devenu ce qu’ils détestaient, sa mère et lui, lorsqu’ils étaient pauvres tous les deux. Il fait avec.

La photo, l’une de celles de Combats et métamorphoses d’une femme, est touchante ; elle est détendue, lui a le coup tiré comme souvent celui qui prend le selfie.

Puisse son rêve de caravane se réaliser aussi joyeusement que la chanson Caravan de Van Morrison…

 

 

 

 

 

 

 

  1. Si toi aussi comme elle tu as des rêves de Caravane / saches que chez moi c’est facile à réaliser…
    (tu connais le tarif)…
    Bises normandes

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
29 − 19 =