Il faut bien partir

Deux frères animent une radio en Bretagne. Mitterrand est élu. Le jeune frère s’en fout ; il est dans le son, le son du rock (1) Ainsi commence Les Magnétiques le premier film de Vincent Maël Cardona, actuellement sur les écrans.

On suit le héros vers le monde où il va peut-être s’épanouir. Une fois entraperçue – la séquence est hallucinante – l’évidence du destin qui l’attend, le film revient aux choses premières : comment quitter l’endroit d’où il vient ?

Les Magnétiques creuse la difficulté de cet arrachement – pour être sûr de bien arriver, il faut bien partir – au lieu de prendre pour acquis que le jeune frère a franchi ce pas, jusqu’à devenir un magicien du son…

Il « se cachait » toujours derrière son grand frère, fragile pourtant, et son amie, dont il était amoureux…

Sans têtes d’affiches – Timothée Robart n’est pas encore connu, mais ça ne saurait tarder ! – le film, remarqué à la Quinzaine des Réalisateurs, est modestement distribué…

Alors, précipitez-vous pour le voir !

(1) Le réalisateur, breton, adore le son et ses manipulations ; il le raconte dans une interview

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
42 ⁄ 21 =