Entre ici Joséphine Baker !

©Lucien Waléry. Roger-Viollet

Joséphine Baker entre au Panthéon aujourd’hui. À force de se féminiser, le Panthéon ne fait cette fois-ci, ni dans la pure Résistance (Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz), ni dans la Science (Marie Curie, Sophie Berthelot), ni dans la Politique (Simone Veil), pour goûter, avec Joséphine Baker (1), aux joies des Folies Bergères, où la photo a été prise lors de la revue Folie du jour, en 1926.

« Aux grandes femmes la matrie reconnaissante » a écrit Olivier Daronnat, membre du mouvement HF qui organise des journées du matrimoine. Le site Le Matrimoine révèle que ce mot n’est pas un néologisme.

Un jour peut-être, changera-t-on les lettres du fronton du Panthéon ?

On connait de Joséphine Baker surtout des clichés : sa danse des bananes, sa chanson J’ai deux amours où la puissance joyeuse du music-hall révèle la raideur institutionnelle du Panthéon !

Le spectacle, La Plantation, est moins connu et son rôle profondément touchant.

Sa famille arc-en-ciel, 12 enfants de toutes les couleurs, adoptés, est intime.

Intime aussi, le journal Libération mentionne sa bisexualité ; c’est la première fois que la presse évoque l’orientation sexuelle d’une nouvelle invitée.

Quitte à s’intéresser au sexe et aux femmes, évoquons une autre femme célèbre qui n’a pas encore eu droit aux honneurs du Panthéon : Gisèle Halimi fut la brillante avocate  du droit à l’avortement ; elle signa Le manifeste des 343 salopes.

Elle aura un hommage au Invalides en 2022 – c’est pratique les Invalides, Bebel y a été honoré cette année ; l’année prochaine, c’est au tour de Gisèle ; le Panthéon, pour elle, c’est compliqué, polémique.

Peu importe que le pouvoir ait un intérêt politique à accueillir Joséphine Baker au Panthéon, comme une nouvelle Jeanne d’Arc, chargée de servir les intérêts d’une France multiple contre la vilenie rampante, l’essentiel est ailleurs : c’est la première artiste de music-hall qui y entre ; et ça, c’est historique !

(1) Elle fut aussi résistante et espionne pendant la 2eme guerre mondiale.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
4 + 22 =