Écouter, c’est comme écoper

La forêt brûle, c’est la panique, l’impuissance… Le colibri va chercher des gouttes d’eau et les jette sur le feu ; le tatou n’y voit qu’agitation dérisoire et lui dit : « Colibri ! Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! Le Colibri lui répond : « Je le sais, mais je fais ma part. » Cette légende amérindienne est racontée par Pierre Rabhi (1), fondateur de Colibris (2).

 

Lundi soir 19 octobre sur France 2, Les Héritiers de Marie-Castille Mention-Schaar (3) est programmé suite à la mort de Samuel Paty, professeur d’histoire, décapité à la sortie de son collège.

 

Inspiré d’une histoire vraie, ce film sorti en 2014, raconte l’immersion progressive d’une classe de seconde STG dans un concours sur la Résistance, grâce à leur professeure d’histoire.

 

Ariane Ascaride est la professeure, bienveillante, encourageante, bouleversante ; la seule dans le collège à écouter les élèves, à être respectée par eux, à les emmener là où commence la vraie vie, ensemble ; le projet avance…

 

Le film n’a rien d’angélique : deux fois, la catastrophe se profile… Le film nous dit : pour arriver à quelque chose, il faut des colibris – cette aventure ressemble-t-elle à une goutte d’eau ? – et de la chance.

 

Et nous, où en sommes-nous ?

 

Le missile, lancé de sa base d’Évreux, rien ne l’arrête… Mais bien avant, chaque fois qu’un homme, une femme, à proximité de nous, crachent leur haine à petit feu, nous avons le choix : aller voir ailleurs car l’air est irrespirable ; hurler notre mépris de leur haine ; nous approcher d’eux, doucement, ou les laisser venir…

 

Je l’ai vécu, il y a une quinzaine d’années dans le RER A : un type traversait la rame et criait « A… A… ! Mes ancêtres ont construit le RER, A… A… ! ». J’étais sur un strapontin, la place était libre à côté de moi ; il l’a choisie.

 

C’était à moi de jouer : « Monsieur, je n’ai pas bien compris ce que vous venez de dire, voulez-vous me le raconter à nouveau ? »

 

Il m’a donné une version personnalisée, la construction du RER est passée en mineur, son mal-être en majeur, sa nuit passée chez une jeune femme, sans préservatif, la sauce aux crevettes qu’il avait vomie…

 

À chaque fois qu’il s’agitait trop, je lui pressais doucement le bras… Dix minutes après, il me salua avant de descendre ; il était calmé.

 

Écouter, c’est comme écoper, le niveau de haine baisse.

 

(1) Lien pour écouter la légende : https://www.colibris-lemouvement.org/

 

(2) Pour en savoir plus sur Pierre Rabhi et Colibris : https://www.colibris-lemouvement.org/mouvement/fondateurs-et-fondatrices

 

(3) Les Héritiers sort en salles en 2014 ; elle réalise, en 2016, Le ciel attendra, un film sur la radicalisation islamiste. Née en 1963, Marie-Castille Mention-Schaar a été journaliste avant de réaliser des films. Les deux films sont depuis sortis en DVD.

 

 

 

 

 

 

 

  1. Merci Bruno
    Je l’ai raté Le film mais j’espère le revoir en podcast
    Je suis d’accord avec toi pour écouter mais aussi pour parler et dire les valeurs auxquelles on croit

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
18 + 26 =