Coup de vent sur le divan

Pour les uns, l’analyse se limite à l’urine, pour d’autres, on pousse jusqu’aux selles ou au sang ; ça reste liquide ou solide, en bas du ventre, pas dans la tête…

Pour les uns, être en analyse, ça ne regarde pas les autres, mais de quels autres s’agit-il ?

Pour ceux qui regardent Arte, les séances sur le divan s’invitent à la TV, dans la série en Thérapie.

L’idée vient de la télévision israélienne qui a lancé Be Tipul en 2005 ; elle a été adaptée avec succès aux USA, au Brésil, et ailleurs, avant d’arriver en France, co-créée par le tandem Éric Toledano – Olivier Nakache, devenus incontournables depuis Intouchables, en 2011.

en Thérapie met en scène les séances d’un psychanalyste avec ses patients ; chaque jour, un patient différent : un couple en crise ; une jeune nageuse sportive rescapée d’un accident de la route ; un policier de la BRI ; une chirurgienne.

Les deux derniers ont été confrontés directement au drame du Bataclan.

Comme dans une thérapie, les séances avec chaque patient se succèdent de semaine en semaine.

Le personnage central est le thérapeute, joué par Frédéric Pierrot ; il est très bon, ils sont tous très bons. On y est !

Dans cette série, il y a des coups de vents sur le divan : le patient perd patience ; l’analyste saisit avec l’occasion de l’aider à dire pourquoi il est venu…

en Thérapie est un divertissement, comme une tragédie au théâtre ; dans les deux cas, la légèreté, parfois, s’invite.

L’opposition entre la bienveillance du thérapeute et les résistances de chaque patient est l’un des ressorts dramatiques…

Quelque chose qui ne tombe pas sous le sens est révélé : le thérapeute lui-même doit voir un « contrôleur » qui l’aide à résister aux coups de vents…

La Une de Télérama, « Tous en Thérapie » dit que la série s’adresse à tous, y compris ceux qui ne regardent pas Arte : n’est-ce pas tout l’intérêt d’un tel sujet ?

Nous ouvrir les uns aux autres, pas forcément pour envisager une thérapie, mais pour dépasser les conversations sur les coups de vents, parler aussi du temps calme qui nous trouble…

 

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
23 × 27 =