Christo, éphémère ou pépère ?

« J’ai voulu le transformer, faire d’un objet architectural, d’un objet d’inspiration pour les artistes un objet d’art tout court. Qu’il devienne pour la première fois une sculpture, mais éphémère comme mon rêve puisqu’on ne le verra empaqueté qu’une dizaine de jours et qu’il retrouvera définitivement son ancien aspect » écrit Christo, lorsqu’il    « emballe » le Pont Neuf, en 1985.

 

Artiste américain d’origine bulgare, né le 13 juin 1935 (1), Christo Vladimiroff Javacheff installe, en 1962, un « mur de 240 barils de pétrole » à l’un des bouts de l’étroite et longue rue Visconti, 75006, en référence au Mur de Berlin ; sans autorisation, les barils restent 24 h…

 

Christo « l’emballeur public numéro 1 » selon le mot de Jean-Marie Tasset, du Figaro, en 1985, emballe ou pas les visiteurs de l’exposition actuelle à Beaubourg, en 2020 (2).

 

L’emballage du Pont Neuf ne se prête pas à être exposé (3), sinon pour voir de près les matériaux utilisés, cordages, poulies, câbles, chaines, courbes en aluminium qui épousent les formes des demi-lunes – la signature du plus vieux pont de Paris.

 

En plus des nombreux dessins préparatoires, il y a quelques très bonnes photos de l’emballage ; Christo et Chirac devant la cheminée ; leurs échanges épistolaires en vue de l’autorisation ; les exigences de l’association des riverains de la Place Dauphine, voisine…

 

Dès l’entrée, Empaquetage, 1959 ; on ne sait pas ce qui est emballé, on dirait un totem ; imaginons un cadeau d’anniversaire jamais déballé tant la mystérieuse forme du paquet inspire le destinataire…

 

Empaquetage sur galerie de voiture, 1962, m’évoque les Ready-Made, inventés par Duchamp, avec Fountain (3). Début juillet, les départs en vacances sont un moment idéal pour contempler cette galerie chargée, au lieu de vérifier si les sangles sont tendues, pour être sûr que « ça tient bien » !

 

Le Pont Neuf emballé par Christo a donné lieu à toute une prose sur la disparition/apparition du monument ; le génie de Christo est ailleurs : il a offert pendant une dizaine de jours, de nouvelles sensations, perceptions (5), d’un monument archi connu, dont il n’a gardé que l’épure, en l’emballant ; il l’a rendu irréel.

 

Son projet d’emballer l’Arc de Triomphe, reporté à cause du covid, est maintenu pour l’automne 2021 (6) ; doit-on s’en réjouir ? Le Pont Neuf empaqueté fut « une sculpture éphémère comme mon rêve » ; attention, à réchauffer les rêves, à l’éphémère pépère…

 

Empaqueter l’Arc de Triomphe a été le premier désir de Christo à Paris, avant le Pont Neuf ; depuis, sa notoriété lui ouvre les portes, l’aventure pour décrocher les autorisations, lié à son art transgressif, disparait avec l’Arc de Triomphe, où c’est la voie royale, tout lui est ouvert… De l’Arc de Triomphe à l’art triomphal ?

 

(1) Le même jour de la même année que sa femme, Jeanne-Claude Denat de Guillebon ; elle décède en 2009, lui en 2020.

 

(2) Lien pour l’exposition : https://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/event.action?param.id=FR_R-c0a1759d-b14c-4969-988e-286f48305c75&param.idSource=FR_E-5d4cd406-038e-4c4c-a77d-3266b293a2dd

 

(3) Sauf à donner aux nouvelles générations, l’occasion de voir ce à quoi elles ont échappé.

 

(4) Fountain est une pissotière manufacturée, posée à plat sur un socle, premier objet industriel, sorti de son contexte, « Ready Made », offert aux regards contemplatifs… Même si les organisateurs de l’Armory Show, à New York, en 1917, avaient demandé à Duchamp d’enlever « ça » immédiatement ! La photo a fait le tour du monde…

 

(5) Il était proche de la « nouvelle perception du réel » des Nouveaux Réalistes.

 

(6) Lien pour en savoir plus : https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/07/01/l-arc-de-triomphe-en-ligne-de-mire-pour-christo-et-jeanne-claude_6044785_3246.html

  1. Je pense que, tout compte fait tu n’est pas assez méchant sur “l’emballement” de l’Arc-de-Triomphe…si cela se fait cela démontrera une fois de plus le conformisme de notre classe politique en matière artistique… Le Pont-Neuf avait laissé une trace Lang, et maintenant une trace Hidalgo…et pour ne pas se faire engueuler comme pour le Koons on fait un truc qui a marché en son temps…
    Et pourtant je suis sûr qu’il y a plein d’artistes vivants qui ont des projets en attente…

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.

Résoudre : *
12 + 28 =