Bien peu de chose

C’est une chanson mythique de Françoise Hardy :

https://www.youtube.com/watch?v=2ICFtXx546A

 

Sa voix, la mélancolie de la mélodie, disent l’éphémère de l’amour dont les pétales s’étalent en tombant : « On est bien de chose et mon ami la rose me l’a dit ce matin » . Aimée, les 24 heures dûment (1) retenues sur le temps, coulent quand les regrets ne passent pas…

 

L’indifférence, qui inspire Gainsbourg pour La chanson de Prévert, les chasse ; quand commence-t-elle ?

https://www.youtube.com/watch?v=5DeA8FPqWwc

 

Vous tenez là le début de la bande-son d’une balade dans la roseraie de La Haÿ-les-Roses, située dans le Parc du Val de Marne (2), dans cette banlieue sud qui fut d’abord un lieu de villégiature, quand au nord de Paris, ça bossait dur !

 

La roseraie est créée en 1894, par Jules Gravereaux, longtemps employé au Bon Marché. Ses économies et un legs de la patronne, Madame Boucicaut, lui permettent d’acheter une vaste propriété, en 1892 ; il fait appel au talent d’Édouard André, paysagiste réputé (3).

 

La roseraie fait 1,52 ha, composée d’allées recouvertes de tonnelles pleines de rosiers grimpants à la floraison généreuse ; une allée est plantée des premières roses introduites en France, dont la Persane Yellow…

 

Autour d’un bassin devant la maison de Jules Gravereaux,   des flaques de roses m’évoquent le champs de  coquelicots de Monet ; à Giverny, chaque saison apporte ses couleurs de fleurs, alors qu’ici, la monomanie radicalise l’aventure…

 

La saison des roses ne dure pas, elle a commencé fin mai :    « À l’aurore je suis née, baptisée de rosée, heureuse et amoureuse… »

 

(1) Dans la chanson, la beauté de la rose dure 24 h ; aux 24 heures du Mans, les embrayages patinent, à la roseraie de La Haÿ-les-Roses, les abeilles butinent…

 

(2) À l’arrêt « Sous Préfecture – Église » du bus 172, qui part de la gare RER Bourg-la-Reine, sur la ligne B.

 

(3) Édouard André a créé les jardins de Monte-Carlo, Euxinograd, en Bulgarie, du Luxembourg, au Duché du Luxembourg, et de Montevideo, en Uruguay… après avoir appris le métier dans le parc des Buttes-Chaumont !

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.