Arcus-ialo, y’a l’eau !

Prendre le RER B, descendre à Arcueil Cachan en queue de train si vous venez de Paris. L’aqueduc d’Arcueil est au pluriel : il y a l’aqueduc gallo-romain, l’aqueduc Médicis et l’aqueduc Belgrand !

 

L’aqueduc Belgrand, le plus spectaculaire (1), domine Arcueil et la vallée de la Bièvre. L’ingénieur Eugène Belgrand travaille avec Haussmann : il transforme les égouts de Paris. Eau usée, eau potable : Belgrand voit grand ! L’eau qui passe sur l’aqueduc vient de la Vanne et alimente le réservoir de Montsouris (2)

 

Une rue descend le long de l’aqueduc : sous une arcade, on voit un regard (3) de l’époque de Marie de Médicis, au début du XVIIe siècle ; la reine ordonne la construction d’un aqueduc pour acheminer l’eau dans le jardin et le château du Luxembourg, où elle réside après l’assassinat d’Henri IV.

 

Plus bas, entre deux arcades, on découvre une façade Renaissance : c’est le château du Fief des Arcs (4) ; de l’autre côté de l’aqueduc, le bâtiment a été ravalé. On y accède par le jardin du Conservatoire, en passant sous l’arcade en bas de la rue.

 

Mais d’abord une venelle part sur la gauche : le parfum de chèvrefeuille nous envahit…

 

On arrive à l’entrée du jardin, à droite de la maison, c’est un vestige de l’aqueduc gallo-romain, avec des bandes de briques ; il acheminait, parait-il, l’eau aux Thermes de Cluny.

 

Aqueduc gallo-romain d’où vient le nom d’Arcueil : mot gallo-romain composé du latin arcus (arches) et du suffixe gaulois ialo (village, domaine).

 

La gare RER s’appelle Arcueil Cachan : l’Hôtel de Ville de Cachan, tout proche, date de 1935 : une merveille en béton avec un parement en brique. L’architecte, Jean-Baptiste Mathon, articule le bâtiment autour d’un beffroi.

 

Des bandes de briques dans les vestiges de l’aqueduc gallo-romain au parement en brique de l’Hôtel de Ville : de quoi faire mentir le titre du film comique de Molinaro en 1982, Pour 100 briques t’as plus rien !

 

(1) Vous aimez les chiffres : plus d’un km de long, 38 mètres de haut, 77 arcades dont certaines en surélévation de l’aqueduc Médicis.

 

(2) Construit par Belgrand ; on l’appelle aussi le Réservoir de la Vanne, pas seulement pour le plaisir d’en sortir une bonne… Depuis 2010, il est géré par la Société Eau de Paris.

 

(3) Construction qui permet de regarder l’état de la canalisation.

 

(4) Pas mal comme nom !

 

Laisser un commentaire

  • Aucun des champs ci-dessous n’est obligatoire.
  • Ce que vous saisissez sera conservé indéfiniment.
  • Votre adresse IP est anonymisée.