La liberté ne sourit pas

« Pourquoi La Statue de la Liberté ne sourit pas ? » me demande un participant d’un groupe Paris-Bordeaux à une visite Vu sous cet angle dans le parc du Luxembourg (1). Je lui réponds : « Pourquoi voulez-vous qu’elle sourie ? ». Il enchaine : « Elle serait plus agréable à regarder ». Alors je réalise que plusieurs questions se posent : comment se divertir avec des œuvres d’art qui prennent la tête ? Une prise de tête est-elle en elle-même un divertissement ? Un divertissement peut-il être désagréable ?

 

Chaque visite Vu sous cet angle tente de répondre à ces trois questions d’une manière qui n’est « jamais tout à fait la même ni tout à fait une autre » comme dit Baudelaire.

 

Avant lui, Pascal écrit (2) : « Le divertissement est le moyen qui nous détourne de nous-même, qui nous empêche de regarder la réalité en face. » cette réalité étant la mort à venir, évidemment.

 

La Statue de la Liberté dont le nom exact est La Liberté éclairant le monde, a été sculptée par Auguste Bartholdi ; elle fut inaugurée en 1886 par le Président Grover Cleveland sur Bedloe’s Island rebaptisée depuis Liberty Island.

 

Brandissant sa flamme à 93 m de haut, la statue elle-même mesure 46, 05 m (3). Elle fut inspirée d’un projet avorté de phare de 19 m de haut à l’entrée du canal de Suez, représentant une Fellahin (4), du même Bartholdi, projet lui-même inspiré du Colosse de Rhodes.

 

Les immigrants découvraient The statue of Liberty  quand ils arrivaient à New York par la mer au début du XXe siècle.        I pity the poor immigrant est une chanson de Bob Dylan sur l’album John Wesley Hardin, qui fait réfléchir (5).

 

Au parc du Luxembourg, une réplique de la statue (2, 85 m) fut installée en 1906, deux ans après la mort de Bartholdi, car il habita dans le 6e arrondissement à la fin de sa vie. Depuis 2012, c’est une copie, l’original est au musée d’Orsay, car la flamme de la statue a été volée ; voler la flamme de la Liberté est un délit qui évoque Prométhée (6).

 

Agréable ou désagréable à regarder ? Cette statue n’a pas une une qualité plastique considérable ; elle n’a d’intérêt que dans ce qu’elle représente, sorte de totem qui permet aux combattants de la Liberté de se ressourcer lors d’une promenade au Luxembourg, en rappelant qu’elle est toujours une lutte, qu’elle se conquiert, s’arrache, ne se demande jamais avec le sourire…

 

« La liberté ou la mort » est la devise de la Grèce qui s’est battue contre l’empire Ottoman entre 1821 et 1829 ; bien avant que le mouvement Syriza plaide la cause de la fragilité économique de la Grèce par la voix de son leader Alexis Tsipras face à la sévérité de l’Union européenne.

 

Dans La Liberté guidant le peuple, le tableau de Delacroix (7), la Liberté ne sourit pas ; elle encourage les combattants sur une barricade des Trois Glorieuses, les trois jours qui transformèrent la Restauration en Monarchie de Juillet, en 1830 ; des morts qui sont enterrés dans la crypte de la colonne de Juillet (8), place de la Bastille.

 

Dans le parc du Luxembourg, la Liberté inspire une autre œuvre, Le cri, l’écrit de Fabrice Hyber, 2007, (9) : trois anneaux géants d’une chaine, attachés : l’un planté dans le sol, un autre fermé en l’air, le troisième ouvert vers le ciel ; cette œuvre en bronze, recouverte de mots d’espoir, symbolise l’esclavage et son abolition.

 

Cette visite Vu sous cet angle comporte d’autres surprises agréables… Cette chronique est dédiée au groupe Paris-Bordeaux avec mon meilleur sourire (10).

 

(1) Pour participer à cette visite : réunissez un groupe autour de vous – qui peut être un petit groupe de 6 personnes – et appelez moi au 06 82 29 37 44

 

(2) Le divertissement pascalien se lit dans ses Pensées écrites au XVIIe siècle ; l’exemple du chasseur qui cherche à s’occuper en chassant plutôt que d’aller s’acheter un lièvre, est éclairant ; même si l’on n’est pas chasseur…

 

(3) Le socle fait 46, 95 m, soit 90 cm de plus que la statue !

 

(4) Une fellahin est une paysanne arabe

 

(5) Pour comprendre les paroles, cliquez ici :

http://www.bobdylan-fr.com/trad/ipitythepoor.html

Pour écouter, cliquez là : https://www.youtube.com/watch?v=mGziShOkCQo

L’album entier est une merveille.

 

(6) Prométhée tenta de voler le feu aux dieux et se retrouva attaché sur un rocher pour que des aigles lui mangent le foie. Les Dieux, il ne faut pas les chercher !

 

(7) Actuellement, il y a une exposition Delacroix au Louvre. https://www.louvre.fr/expositions/delacroix-1798-1863

Attention ! Il vous faut un créneau horaire.

 

(8) La crypte va ouvrir au public lorsque la place sera en partie piétonne, entre la colonne et le port de la Bastille.

 

(9) Cette œuvre a été inaugurée en 2007 par Chirac dont c’était la dernière apparition comme président de la République et par Sarkozy dont c’était la première ; Lilian Thuram faisait partie des invités, et comme il avait participé activement à la campagne avec Ségolène Royale, Sarkozy lui fondit dessus, sitôt son discours fini, pour le saluer, mais en fait pour lui signifier physiquement sa victoire. Le style Sarkozy.

 

(10) Clin d’œil au livre de Françoise Sagan Avec mon meilleur souvenir