Le repos de Mamoudou Gassama

Hercule est le plus grand héros de la Grèce. Il est trop fort. À tel point que la déesse Héra, jalouse se débrouille pour qu’il ait une crise d’ultra violence : il tue sa femme et ses trois enfants. Revenu à la raison, son ami Thésée l’emmène à Athènes où les intellos l’accueillent avec bienveillance ; pour eux, il n’est pas responsable de ces quatre meurtres ; pour lui, si, c’est insupportable. Il va voir l’oracle qui lui recommande les 12 travaux dont il vient à bout les doigts dans le nez.

 

Le 13ème travail qu’Hercule n’a pas effectué, escalader 4 étages d’un immeuble pour secourir un enfant de 4 ans suspendu dans le vide, le 26 mai 2018, Mamoudou Gassama, malien de 23 ans, en est venu à bout en 17 secondes.

 

Mamoudou Gassama était sans-papiers ; il est aujourd’hui un héros, naturalisé en urgence par le président de la République, engagé pour son service national chez les pompiers.

 

Son geste a été filmé. La vidéo nous montre sa force physique, son enchainement parfait de gestes, preuve d’une très grande concentration ; à le voir faire on a l’impression que c’est simple – d’ailleurs c’est simple, pour lui. Il fait très rapidement ce qu’il a décidé de faire, après l’avoir visualisé en un coup d’œil.

 

Son geste ravit notre société endormie avide d’images fortes : président en tête, qui l’a invité à l’Élysée ; la télé dont les animateurs vedettes se sont précipités pour l’avoir en premier, alors qu’il n’a pas grand chose à dire – son geste parle pour lui.

 

La presse écrite n’est pas en reste : Libération titre « Droit d’agile » dans son portrait en 4ème de couverture du 1er juin, avec un jeu de mot qui joue sur l’absurdité de la situation ; les futurs « agiles » n’auront pas droit au même traitement, c’est la prime à l’audace et à l’exceptionnel.

 

Le Canard enchaîné ne dit pas autre chose avec sa Une          « Migrants : après la naturalisation du Spiderman malien Collomb redoute une nouvelle escalade ! » qui pointe la peur du pouvoir d’être débordé ; bien vu !

 

Hercule était un héros qui a travaillé bien au-delà de ses 12 travaux ; en fait, il n’a jamais arrêté de bosser, ne s’est jamais reposé jusqu’au moment où, lassé, il s’est installé sur un bûcher en disant : « C’est le repos, c’est la fin ». Hercule est ainsi celui qui ne pouvait jamais se reposer ; il est le dieu du stress.

 

Souhaitons à Mamoudou Gassama que son stage chez les pompiers se passe très bien, afin qu’il apprenne à avoir toujours une attitude juste, des gestes parfaits, face au risque, maintenant que son geste audacieux l’a mis hors du danger de la précarité et va lui donner accès au repos quand le soufflé médiatique sera retombé.