La guillotine à saucisson

Chez Darty, en profitant des soldes, on trouve une guillotine à saucisson, idéale pour l’apéro. Comme elle est loin la Révolution avec la mort de Louis XVI le 21 janvier 1793.

La guillotine, abolie en 1981, est devenue un argument de vente, car le produit marche bien. Au fait, pourquoi Louis XVI a-t-il été guillotiné ?

 

Quand la Bastille est attaquée, le 14 juillet 1789, l’absolutisme royal est visé, pas la personne du roi ; il est à Versailles pas à Paris.

 

Justement, le 6 octobre 1789, le peuple va le chercher à Versailles : allez, c’est fini la belle vie ! On rentre à Paris, au palais des Tuileries ; il y a pire comme tuile !

 

Le 14 juillet 1790, la Fête de la Fédération célèbre la prise de la Bastille. Louis XVI est là ; il prête serment. La fête est organisée par le génial Talleyrand qui célèbre la messe – il est évêque. On résume : la foule, le roi, la religion. Quelle époque !

 

Mirabeau meurt le 3 avril 1791. Louis XVI aime beaucoup Mirabeau, qui souhaite une Révolution pacifique et courte.

Il est cool Mirabeau, d’ailleurs la Seine coule sous son pont. Mirabeau n’est pas que cool : « Nous sommes ici par la volonté du peuple, nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes ! ».

 

Le roi est triste ; pour fêter Pâques, il veut aller au château de Saint-Cloud avec sa famille, mais la Garde Nationale l’en empêche.

 

Le roi en a marre. Il s’enfuit pour rencontrer les troupes royales près du duché du Luxembourg ; mais Marie-Antoinette pense à sa coiffure et met tout le monde en retard ; ils partent vers minuit, dans une berline de 6 places, louée pour la baronne de Korff ; la famille royale est munie de faux papiers, le roi s’appelle Durand.

 

Après une étape à Saint Mennehould en Champagne, ils arrivent à Varennes ; démasqués, ils retournent à la case départ, sous escorte.

 

Pour le peuple, le roi est un traitre, il mérite la mort. Mais l’Assemblée le protège encore.

 

Une pétition contre le roi, rédigée par Choderlos de Laclos, l’auteur des Liaisons Dangereuses – les libertins ne faisaient pas que séduire – doit être signée au Champ de Mars, mais l’Assemblée demande à La Garde Nationale dirigée par Lafayette, de maintenir l’ordre. La poudre parle : la Fusillade du Champs de Mars le 17 juillet 1791 fait 50 morts.

 

La Révolution inquiète les monarchies étrangères ; inquiétude réciproque, la Révolution déclare la patrie en danger.

 

Le 20 Juin 1792, le palais des Tuileries est envahi. Louis XVI met un bonnet phrygien pour jouer le jeu, mais la Révolution, ce n’est pas son truc.

 

Marie-Antoinette demande au duc de Brunswick qui commande l’armée prussienne, de faire peur aux Parisiens. Même pas peur !

 

Le 10 Aout 1792, le palais des Tuileries est attaqué ; beaucoup de gardes Suisses, la garde personnelle du roi, sont massacrés. Le roi est fait prisonnier.

 

Le 2 septembre 1792, les Prussiens sont à Verdun. Panique ! Pas question que les nobles dans les prisons n’en profitent pour s’échapper ; ils sont massacrés du 2 au 6 septembre. Ce n’est plus 50 morts, mais 1500, rien qu’à Paris.

 

Le 20 septembre 1792, la jeune armée révolutionnaire bat les Prussiens à Valmy. Le 21 septembre 1792, la Convention proclame l’abolition de la Monarchie. Que faire du roi prisonnier ? Saint-Just, dans un célèbre discours, propose l’alternative suivante : la mort ou le retour sur le trône ; donc la mort.

 

Louis XVI est guillotiné le 21 janvier 1793. Marie Antoinette est guillotinée le 16 octobre 1793. Entre les deux exécutions, le Palais Royal du Louvre est transformé en Muséum central des arts de la République le 10 aout 1793.

 

La Révolution ne s’arrête pas là, la Terreur commence…

 

La Révolution est finie depuis longtemps ; la guillotine abolie depuis peu de temps. Que Darty face du business avec, c’est sa raison d’être…

 

À ceux qui lui demandait s’il n’avait pas peur de choquer avec ses lithographies de chaise électrique, Andy Warhol répondait : « Non, les gens les achèteront si cela va avec la couleur de leur salon »

 

La guillotine à saucisson n’est pas une œuvre d’art, mais le principe est le même ; elle est achetée par ceux qui la trouvent pratique sans se poser de question.

 

Portant l’apéro est le moment idéal pour échanger sur une question : la guillotine à saucisson est-elle obscène ou non ?