Les couleurs sont en nous-mêmes

Kupka Frantisek (1871-1957). Etats-Unis, New-York (NY), The Solomon R. Guggenheim Museum.

 

Cette illustration ne vous est pas parvenu avec la chronique Kupka, Kupka, Kupka !

 

Cela reste un mystère pour moi ; la voici donc.

 

Elle vient du Musée Guggehheim à New York.

 

Beaucoup d’œuvres dans l’exposition du Grand Palais, viennent de Beaubourg ; ce détail est amusant !  On imagine des provenances plus lointaines… La plupart des œuvres prêtées par Le Centre Pompidou étaient dans les réserves.

 

Ce Grand nu est tellement cool, avec ses couleurs fauves, ou pop avant la lettre. Kupka écrit dans son recueil de texte de 1913 : « Adieu, pauvres peintres, obligés de voler des costumes dans les loges des comédiens pour parsemer vos toiles de quelques taches de couleurs osées ! Adieu, artistes-décorateurs, appliqués à l’instar des tapissiers et des modistes, à harmoniser matières et objets colorés ! Vous avez oublié que le sens des couleurs se trouve en vous-mêmes. C’est là qu’il faut aller le chercher. »

 

C’est pourtant clair !