Ça ne s’en va pas !

C’est l’histoire de Luz, né à Tours, qui vient à Paris à 21 ans pour essayer de vendre ses dessins satiriques dans des journaux. En bas de l’immeuble du Canard Enchainé, il voit Cabu. « Bonjour M’sieur Cabu ! J’aime beaucoup ce que vous faites ». Cabu regarde son dessin : « C’est publiable ! » Pas au Canard dont le bouclage est fini ; mais à la Grosse Bertha s’il a du temps pour l’accompagner… Luz est libre !

 

Indélébiles est sa vie à la Grosse Bertha puis à Charlie Hebdo. Souvent en retard pour les bouclages, il a ainsi échappé à la tuerie du 7 janvier 2015 où ses amis et collègues de travail sont morts.

 

Il a quitté Charlie en mai 2015.

 

Dans la foulée il avait publié Catharsis qui racontait sa vie avec la protection rapprochée ; l’album montrait son talent éclatant en noir et blanc !

 

Indélébiles dit son amour pour Cabu et sa technique de dessin dans la poche, Charb et ses vannes de cul, Gébé qui a créé L’An 01 (1).

 

Indélébiles est plein de fax, de gommes, de tables qui branlent, de Simpsons, de part de tarte au pomme, de blagues à la con, de la concentration de Cabu, des mains de Luz tachées d’encre à vie…

 

Indélébiles est en noir et blanc et rouge pour le décapsuleur qui contraste avec le bleu des pauses bières chez lui la nuit à côté du frigo.

 

Luz est né à Tours – voir première ligne ; ne manquez pas, la prochaine fois que vous y passez, les gargouilles de Notre Dame-la-Riche, au niveau du 36 rue Georges Courteline : elles ont des bites et des couilles ; il les connaît sûrement !

 

(1) L’An 01 est une BD publiée entre 1970 et 1974, dans Politique Hebdo et Charlie Hebdo, dont le sous-titre était :     « On arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ».