Bacon and Eggs

Francis Bacon fut le plus grand peintre anglais de la deuxième moitié du XXe siècle ; « Eggs » pour les intimes du Toucan, un bar de nuit homo à Soho, qui lui portèrent un toast, à sa mort, en 1992.

 

Il était né à Dublin, en 1909, raison pour laquelle, la Hugh Lane Gallery (1) située Parnell square, dans la capitale irlandaise, a accueilli la reconstitution de son atelier de South Kensington, à Londres, à la demande de John Edwards, son compagnon et unique héritier, après le refus de La Tate Gallery, prétextant le manque de place.

 

Si les spécialistes du peintre sont déçus, la bonne nouvelle est de pouvoir admirer cet atelier au calme ; dans ce quartier du nord de Dublin, ne vont que les vrais amateurs.

 

Reconstitué grâce à un travail « archéologique », l’atelier est un foutoir, bordel sans nom, indescriptible, émouvant, troublant, mystérieux…

 

Bacon se fait connaître à Londres en 1944, par un coup de canon, le triptyque : Three Studies for Figures at the Base of a Crucifixion ; il a 35 ans. Il avait vu un travail de Picasso sur le même thème, Picasso dont une exposition lui a donné envie de peindre.

 

Il disait à David Sylvester, critique d’art et ami : « Si quelque chose fonctionne dans mon cas, c’est à partir du moment où je n’ai plus conscience de ce que je fais. »

 

Il ajoutait : « Nous percevons la vie presque toujours à travers des écrans… quand les gens disent que ma peinture a l’air violente, peut-être ai-je été capable d’enlever un ou deux écrans. »

 

Parti en 1992, les écrans dont il parle n’ont rien à voir avec Internet, mais sa peinture gagne à être vue en vrai ; comme il buvait pas mal, n’allons pas la voir après le petit-déjeuner… Bacon, Eggs and Guiness !

 

(1) Entrée gratuite