Le paradis est une boite de nuit

Tintoret, c’est un peintre de l’école vénitienne, donc la couleur ça y va !

 

À l’origine Le couronnement de la Vierge ou Le Paradis, était dans une chapelle, pour montrer aux pauvres pêcheurs ce pourquoi ils acceptaient de souffrir ici-bas. Pour leur donner encore plus de courage, la peinture avait des couleurs qui flashaient, limites fluo !

 

Aujourd’hui, dans la salle de La Joconde, à côté des Noces de Cana – tableau très coloré aussi, peint pour des pêcheurs professionnels, des moines – les couleurs du Paradis de Tintoret sont un peu passées ; qu’est-ce que ça devait être !

 

Mais le rythme est là, avec en bas au centre, deux personnages arrivés en courant et qui hop ! s’arrêtent car c’est super cool d’être vautrés sur des nuages en cercle, banquettes moelleuses d’un théâtre à l’italienne !

 

Il y a un fauteuil en bas à gauche, un piano au milieu… Le LSD n’a pas encore été inventé, mais quelle ambiance !