Les 3 visites d’octobre pour l’albatros

Vu sous cet angle, vu sous l’angle que vous préférez, voici trois visites en octobre, La Joconde comme vous ne l’avez jamais vue, Paris comme vous ne pensez pas à le regarder, et les Fesses du Louvre, quand les regards embrasés réchauffent le musée :

12 octobre à 19 h : Itinéraire bis pour aller voir La Joconde

Prendre un bain de foule avec La Joconde est une expérience inédite, et dîtes, il serait temps de la regarder, la foule.

 

14 octobre à 22 h 30 : Paris la nuit, de la place Furstemberg à la place de la Concorde

Paris la nuit n’a rien à voir avec Paris de jour ; est-ce la même ville, le soir, qui laisse voir l’essentiel à qui la regarde dans le noir ?

 

19 octobre à 19 h : Les plus belles fesses du Louvre

Les fesses du Louvre sont parfaites, mais elles restent de marbre, de bronze, ou sur la toile alors que les nôtres se réchauffent si l’on s’occupe d’elles.

 

En dehors de ces annonces à la recherche de moments de grâce, d’autres moments se pointent sans prévenir quand la grâce nous rend visite. Trop rares pour qu’on puisse compter dessus, c’est pourtant ce que nous avons vécu avant qui nous transforme en fruit mûr qu’ils cueillent.

 

« On ne devrait pas vivre tous les jours » a dit Paul Valéry et il aurait mieux fait de se taire. On s’entraine quotidiennement pour que la poésie nous prenne un jour.

 

Dans L’Albatros, Baudelaire – son portrait par Courbet est une raison à elle seule d’aller voir l’exposition L’œil de Baudelaire au Musée de la vie Romantique – trouve difficile de laisser la beauté tranquille. Jamais facile de regarder l’autre sans le déranger. L’albatros est beau quand il vole, ridicule au sol.

 

Les visites Vu sous cet angle sont des occasions d’apprendre à regarder voler l’albatros.

 

Réservation obligatoire : 06 82 29 37 44