L’art n’est pas cool !

À la Saint Valentin j’ai vu des roses rouges dont les bords étaient légèrement noircis. Le fleuriste m’a dit que c’était un signe de bonne santé de la fleur, qui était magnifique.

Je me suis souvenu que chez le boucher, quand la viande rouge est un peu foncée, c’est le signe d’une oxydation qui donne du goût.

Avec Vu sous cet angle, j’essaie d’ouvrir des regards neufs sur les œuvres d’art. Qu’est-ce qu’un regard neuf ? Ce n’est pas un regard éternellement émerveillé, ça va cinq minutes ; c’est un regard ouvert sur ce qui se présente, les parties noircies de la viande et de la rose, les parties sombres, inconnues, de l’œuvre, qui font peur, dérangent…

Le regard peut aussi s’ouvrir sur lui-même ; ça s’appelle la conscience de ses difficultés à s’ouvrir vu la poussière accumulée à l’intérieur. On regarde comme on peut ; si ça fait longtemps qu’on n’a pas ouvert les fenêtres, c’est dur à ouvrir, et l’ouverture prend toute la place. Elle devient le sujet ; l’œuvre à côté…

De là à dire que nous sommes des œuvres d’art, faut pas charrier. En nous laissant aller, glisser, catapulter, vers elles, nous avons une chance qu’elles nous atteignent, nous imprègnent ; nous, moi, toi, vous… Vous art c’est voir.

C’est une formule qui fonctionne : si vous n’êtes pas là, la formule coule, il n’y pas plus de « vous » à côté de l’art ; si vous êtes là c’est cool. Ce n’est pas l’art qui est cool, c’est que vous soyez là à voir l’art. L’art n’est pas cool ; l’inverse est vrai : quand c’est cool, ce n’est pas de l’art.

 

Bruno de Baecque