La galerie de la Philarmonie

L’Opéra de Paris comme Capri, c’est fini, c’est du passé, signé Napoléon III. Où seraient alors le présent et l’avenir ? À la Philarmonie de Paris !

Vous y avez déjà été entendre un concert dans cette salle spatiale où tout semble flotter au-dessus de vous ?

 

J’ai découvert une pure merveille : la promenade extérieure mais abritée qui longe la Philarmonie de Paris côté parc de la Villette.

 

Depuis la porte de Pantin, la façade de la Philarmonie frappe par sa monstruosité tranquille à côté des arrondis couleurs pastel de sa voisine la Cité de la Musique.

 

Les marches blanches de l’escalier central spacieux mènent au palier bas de plafond noir ; contraste signé Jean Nouvel.

 

La promenade commence en haut de cet escalier en longeant le bâtiment par la gauche ; l’enchantement est progressif, les piliers ressemblent à des drapés comme ceux d’Issé Miyaké, le plafond noir ondule, les découpes sur le parc font apparaître le rythme des troncs d’arbre, l’une des folies rouges du parc transparait derrière un feuillage, comme un Corot ; arrivé dehors, une arrête du bâtiment qui monte doucement est immensément longue…

 

Venu en repérage pour proposer une visite à la CASVP ; j’ai été comblé. À bon entendeur, salut, et dans ce cas, bien entendu, pensez à réunir un groupe avant de m’appeler.

 

Cela fait longtemps qu’un bâtiment de Paris ne m’avait pas ému comme ça.

 

Bruno de Baecque