Bruno de Baecque, regardeur professionnel, invente une manière de découvrir Paris ou les œuvres d’art dans les musées. Il propose des angles de visions, des clefs de regards, suscite le partage des sensations. Il ne s’agit plus de demander ce qu’on doit voir, mais de dire ce qu’on voit : le regard ce n’est pas la pile Wonder, il ne s’use pas si l’on s’en sert…